L&M : un couple à la conquête de la musique la plus pure - Ninfo

L&M : un couple à la conquête de la musique la plus pure

L’année 2021 a été prolifique et bénéfique pour Matthieu Magrit. Avec sa femme Lucie, ils se sont lancé dans un projet ambitieux. Ils ont créé le groupe L&M et ensemble, ils ont sorti deux EP. Cette année, il espère que la pandémie de Covid-19 ne l’empêchera pas de remonter sur scène, car comme il aime le répéter : « ça me manque » !

Du haut de ses 35 ans, Matthieu Magrit a déjà beaucoup voyagé, dans le cadre de sa profession. Né à Dunkerque, dans les Hauts-de-France, cet auteur-compositeur a quitté le nid, pour s’émanciper et devenir celui qu’il avait envie d’être : un artiste. « Par rapport à mon parcours professionnel, hors musique, j’ai été amené à bouger à Marseille, puis à la Réunion, où je vis depuis 7 ans« . Des changements qui l’ont poussé à réaliser ses rêves musicaux. Des rêves qu’il cache en lui depuis tout petit.

La musique dans la peau

Son parcours, Matthieu l’a façonné à sa manière. Il s’est découvert une passion pour la musique, à l’âge de 3 ans. Ce Dunkerquois, multi-instrumentiste de 35 ans a appris la musique à l’école de musique à Dunkerque. Très vite, il se découvre une fascination dévorante. « D’abord par l’apprentissage du tambour, puis de la trompette, des percussions et de la batterie ». Son attrait pour la musique prend un tournant quand Matthieu doit choisir sa voie professionnelle. « J’ai poursuivi mon cursus en conservatoire, d’abord au Havre, puis à Paris, et j’ai obtenu mon DEM de percussions classiques ».

« J’ai fait une formation à la fois classique au conservatoire, mais avec toujours beaucoup d’ouverture et des goûts musicaux éclectiques, allant du Rap au Hard Rock, avec une grosse dimension Blues et Folk, et puis l’héritage du balluche aussi, qui doit bien être présent quelque part au fond de moi et des musiques du monde ».

Matthieu Magrit

Un chemin qui le mène aujourd’hui à réaliser des projets concrets. Matthieu a également fait partie de différents groupes et en ce moment, « je joue dans le groupe « Un-je-ne-sais-quoi », et le groupe « Foreplay », assure-t-il. Il a également lancé son propre groupe, en façonnant sa propre musique.

Passionné de musique

Si Matthieu semblait forcément prédestiné pour la musique, il a découvert les attraits de son instrument favori par chance. « J’ai commencé à jouer de la guitare, un peu par hasard, il y a une dizaine d’années. Coup de cœur absolu pour l’instrument. Electrique et acoustique, impossible de trancher ».

En plus de l’aimer, Matthieu ressent la musique. Et ce ressenti lui permet de travailler ses mélodies. D’ailleurs, il avoue que les paroles et les mélodies s’amènent à lui. « Au fur et à mesure, j’ai des bouts de chansons qui viennent, des bouts de mélodie, un morceau de phrase. Au fil des années, les chansons me tombent littéralement sous les doigts. Elles viennent ». Et il a profité de cette chance, pour lancer son groupe.

Une histoire de famille

S’il maîtrise les instruments à la lettre, Matthieu avait besoin d’une voix, pour entreprendre son projet. Et qui de mieux, que sa femme, sa compagne de vie, sa muse, pour l’accompagner à la chanson ?

« C’est là que Lucie, mon épouse rentre en jeu. Au fil du temps, elle accepte de chantonner mes compos, et à mes yeux, elle est la voix qui colle pour moi », explique Matthieu. S’ils partagent leur vie, le couple partage également le studio, où ils ont déjà enregistré deux EP, sous le nom de L&M.

Matthieu et Lucie forment un couple dans la vie et dans la musique

Ils profitent des différentes cultures qui entourent leur vie, pour créer des mélodies et des paroles qui parlent. « Les voyages forgent forcément, et l’héritage de nos cultures. Le père de Lucie est basque espagnol, sa maman est du sud de l’Italie, avec des cultures entières, qui sont autant d’influences« .

En juin 2021, L&M dévoile son premier EP. Intitulé Diary of the Phoenix, ce premier projet du duo se compose de cinq morceaux, dont trois sont accompagnés d’invités. A la guitare, on retrouve Matthieu et à la voix, sa femme Lucie. Le tout fait à la maison, de façon autonome et en auto-production. « Sur cet EP, j’ai utilisé les instruments traditionnels du Maloya, de manière détournée, en les jouant comme une batterie minimaliste. C’était une forme d’hommage à cette terre d’accueil qu’est la Réunion », détaille Matthieu.

Nouvelle culture, nouveau projet

Le duo se nourrit de leur nouvelle vie à la Réunion, pour créer de nouvelles productions. « La Réunion est une terre comparable en bien des points à l’Amérique du blues. Terre nouvelle, peuples déportés et réduits en esclavage, mais aussi ces Européens qui ont tout quitté pour ces nouveaux mondes. Des rencontres de ces cultures sont nés à la Réunion, le Séga et le Maloya. Le Maloya, qui est un courant musical héritier des chants d’esclaves, a traversé le temps par transmission orale et est aujourd’hui un monument de la culture réunionnaise », confie Matthieu, amoureux de cette nouvelle terre, qui l’a si bien accueillie.

La Réunion, un lieu paradisiaque pour la création © Matthieu Magrit

Rapidement, les projets s’enchaînent et un deuxième opus voit le jour, en novembre de la même année. Il s’agit de Southside, regroupant trois titres assez « intimistes ». Dans cet opus, Matthieu fait entrer un nouveau membre de sa famille. « Nous avons mis en musique des poèmes de ma sœur Marie. Ca m’a donné l’occasion de sortir mon thérémine (le premier instrument électronique qui ait existé, on en joue sans le toucher, par un système de champs magnétiques), je trouve que cet instrument se prêtait bien à l’ambiance de  l’EP », explique Matthieu, grand amateur de cet instrument russe. Et le résultat est bluffant. Pour écouter un extrait, c’est ici.

Le thérémine qu'utilise Matthieu pour créer un son pur © Matthieu
Le thérémine qu’utilise Matthieu pour créer un son pur © Matthieu

Less is More…

De ses bagages, acquis au fil des années, l’artiste Matthieu a un seul mot d’ordre : « Less is More ». « C’est à dire essayer de révéler la chanson dans sa forme la plus épurée possible, sans grosse production, sans overdubs ». Un travail important, qui met en lumière le talent du duo de L&M.

« En fait, on compresse très peu, par rapport aux standards de production actuels, pour garder un maximum de dynamique… C’est un peu technique mais les compresseurs écrasent la dynamique pour « lisser » les niveaux. Nous au contraire, on a choisi de garder un maximum de dynamique, pour conserver un son très naturel et la possibilité de travailler les nuances. On essaie aussi d’amener les choses, ne pas tout livrer tout de suite… Une chanson c’est une histoire »

Matthieu Magrit

Le couple profite de leur relation fusionnelle et artistique pour passer le maximum de temps ensemble. « En terme de temps passé, étant donné que c’est un moyen de passer du temps ensemble à partager quelque chose qu’on aime, je te dirais qu’on ne compte pas ! Mais il arrive aussi qu’on passe plusieurs semaines sans jouer ensemble. C’est variable ».

Un couple unit dans la vie comme dans la musique © Matthieu Magrit
Un couple uni dans la vie comme dans la musique © Matthieu Magrit

Et 2021 s’est terminée en apothéose. « Nous avons lancé notre chaîne YouTube en novembre 2021. Nous essayons de sortir une vidéo chaque vendredi, 2 reprises pour 1 compo originale ». Une bonne idée, pour permettre au public du duo, de découvrir le monde de L&M.

« Cela permet de s’imprégner de notre univers, c’est assez passionnant à réaliser, et notre communauté naissante, si elle est modeste, est de qualité. On est plutôt surpris, dans le bon sens, par les retours qu’on a »

L’histoire est lancée, il ne reste plus qu’à Matthieu et Lucie de continuer à l’écrire.

Le clip de L&M – Lucky Star

Be the first to comment on "L&M : un couple à la conquête de la musique la plus pure"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


ninfo

FREE
VIEW