Mel Gibson demande l'aide de Dieu dans Tu ne tueras point - Ninfo

Mel Gibson demande l’aide de Dieu dans Tu ne tueras point

© facebook officiel Tu ne tueras point

Dans ce film de guerre, le réalisateur Mel Gibson revient sur l’une des histoires les plus touchantes de la Deuxième Guerre Mondiale : celle du soldat Desmond Doss. Ce soldat, pourtant ordinaire, n’a pas voulu prendre part au conflit, dans le Pacifique, avec une arme à feu. Tu ne tueras point est sorti dans les salles le 9 novembre 2016. Manu Courcelle est allé le voir pour Ninfo. Il explique pourquoi il faut absolument aller voir ce film !

Tu ne tueras point raconte l’histoire d’un homme extraordinaire et unique. Unique dans le sens où il n’a jamais voulu utiliser d’arme, quelle qu’elle soit, pour prendre la vie d’un ennemi. Desmond Doss n’aurait jamais dû participer à cette Seconde Guerre Mondiale, mais s’il n’avait pas été présent, on compterait quelques dizaines de morts supplémentaires dans cette grande guerre. Desmond Doss est incarné par Andrew Garfield (vu dans The Amazing Spider Man, The Social Network ou encore la série Doctor Who), l’un des acteurs qui monte à Hollywood. Vince Vaughn joue le sergent Howell alors que Sam Worthington interprète le capitaine Glover. Enfin, l’excellente et sublime Theresa Palmer incarne Dorothy Schutte, la petite copine de Desmond Doss. Un casting très intéressant et complémentaire.

Une histoire ahurissante 

En pleine période de Seconde Guerre Mondiale, alors que les Etats-Unis viennent d’entrer en guerre dans le Pacifique pour affronter les Japonais, Desmond Doss souhaite s’enrôler dans l’armée pour aider sa patrie et sauver sa famille. Très entreprenant et au dessus du lot dans la formation pour devenir soldat, Desmond Doss refuse de porter une arme lorsqu’arrive le moment de s’entraîner au tir. Dès lors, Doss vivra un enfer dans sa compagnie, tous ses “camarades” essayant de le faire craquer, afin qu’il quitte l’armée. Mais Desmond Doss ne rompt pas, grâce à sa foi en Dieu et finit pas être accepté, comme infirmier. Avec sa compagnie, il part au front, dans le Pacifique afin de s’emparer du Hacksaw Ridge, un lieu stratégique tenu par les Japonais et que des milliers de soldats américains n’ont pas encore su s’approprier !

Ninfo : Avant tout, comment as-tu trouvé le film ?

Manu Courcelle : J’ai accroché directement. Tu ne tueras point est un film très bien réalisé. On connait le talent de Mel Gibson pour la réalisation, après Braveheart (1995) et La Passion du Christ (2004), deux films qui ont énormément rapportés au Box Office (respectivement 210 millions et 611 millions de dollars). Hollywood a pris l’habitude de développer ce genre de film, comme dans Fury, avec Brad Pitt. Les scènes sont violentes, surtout celles de massacres, qui dépassent tout ce que j’ai pu voir. Même le débarquement en Normandie dans le film du soldat Ryan, semble mignon à côté. Si on n’a pas peur du sang et des scènes gores, le film vaut vraiment le coup d’être vu !

N : A quel film de guerre ressemble Tu ne tueras point ?

M.C : Justement, en terme de violence, il y a de fortes similitudes avec Il faut sauver le soldat Ryan. Néanmoins, la violence est trois fois supérieure dans Tu ne tueras point. Mais si on doit parler du scénario, c’est le premier film qui traite le sujet sous un nouvel angle : le soldat qui ne tient aucune arme. En terme de script, c’est très novateur.

N : Dans le film, Doss dit avoir un dégoût pour la guerre et les armes. Pourtant, au début du film, il risque de tuer son frère lors d’une bagarre. Comment se fait-il qu’il est changé ?

M.C : Au départ, Desmond Doss est plutôt un adepte des armes qu’un réel Saint. Le film commence par l’enfance de Doss, où on voit qu’il se bat avec son petit frère. Il a  même failli le tué en lui mettant un coup de brique dans la gueule. Mais on peut l’expliquer car le père des deux enfant est un vétéran de la Ière Guerre Mondiale qui, en plus, est alcoolique car détruit par la guerre. Doss qui est choqué après avoir failli tué son frère, se promit de ne plus jamais utiliser la violence.

N : Quelle est la force de ce film ?

M.C : Déjà, le jeu des acteurs, car entre Andrew Garfield, Vince Vaughn, Sam Worthington et le rôle des autres soldats qui fracassent Doss au début du film. Puis très vite, on comprend que Dieu joue un rôle majeur dans la réussite de Doss. Tout le film tourne autour de sa foi en Dieu, cette façon d’être lui donne la force et le courage de faire ce qui doit être fait. Desmond Doss est un héros, et ses compagnons qui auparavant lui faisaient connaître l’enfer et la misère sont émus, bouche-bée et reconnaissant vis à vis de Doss qui les a sauvés d’une mort atroce.

N : Quand tu vois le film, par quel sentiment te sens-tu envahi ?

M.C : Je ne me sens envahi par rien du tout. Le film ne donne pas forcement envie de sauver de vie, ce n’est pas ça le fond de l’histoire. Le message le plus important véhiculé par le film tend à avoir foi en soi, ne pas avoir peur d’affirmer ses convictions, même si ça nous conduit parfois à être maltraité. Dans ce film précisément, c’est sa foi en Dieu qui l’aide à ne pas tenir une arme. Au final c’est lui qui a fait la différence sur le champs de bataille, pas les armées japonaises et américaines.

La bande-annonce de Tu ne tueras point

Be the first to comment on "Mel Gibson demande l’aide de Dieu dans Tu ne tueras point"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


ninfo

FREE
VIEW